Un enfant sur dix s’est déjà livré au jeu du foulard ou l’une de ses variantes, comme le jeu de la tomate, révèle un sondage Ipsos. Ces jeux d’évanouissement, qui consistent à priver le cerveau d’oxygène le plus longtemps possible, par strangulation ou apnée, ont causé la mort de plus de 60 enfants ces deux dernières années.

D’après le sondage, 86 % des enfants ayant pratiqué le jeu du foulard s’y sont adonnés dans la cour de récréation, essentiellement par phénomène de mode. 50 % des élèves interrogés voulaient « faire comme les copains ».

L’enquête d’Ipsos révèle également que les élèves ne sont pas conscients de la dangerosité de ces pratiques. 63 % ignorent qu’elles peuvent provoquer des convulsions et 51 % ne se doutent pas qu’elles peuvent entraîner la mort.

L’Association des Parents d’Enfants Accidentés par Strangulation (APEAS) réclame l’inscription de la prévention dans les programmes scolaires de sciences et d’EPS, « afin d’en par­ler lors des cours sur le fonc­tion­ne­ment du corps, quand on aborde la res­pi­ra­tion, le cer­veau le coeur ».

La mesure avait été proposée par Xavier Darcos en 2007, mais l’action du ministère s’était limitée à la distribution de brochures informatives et à l’interdiction du port des foulards et écharpes dans certains établissements.