« Nous appor­te­rons des solu­tions immé­diates aux pro­blèmes de la ren­trée » 2012, a promis hier  Vincent Peillon aux organisations syndicales FSU, Unsa-Education et Sgen-CFDT . Ces dernières étaient reçues par le candidat socialiste François Hollande, au lendemain de son meeting au Bourget.

Ont été évoquées lors de cette rencontre les principales « préoccupations de la rentrée », d’après Vincent Peillon : les suppressions de postes, le manque de remplaçants et la formation des enseignants. Le responsable éducation de François Hollande a annoncé la proposition d’un collectif budgétaire « en juin ou à l’été » pour « essayer d’apporter des éléments de réponses à ces dif­fi­cul­tés là ».

Selon les organisations syndicales, les questions de rythmes sco­laires, de « gou­ver­nance du sys­tème éduca­tif », de lutte contre l’échec sco­laire et d’autonomie des uni­ver­sités ont également été abordées.

« On a trouvé un can­di­dat qui était à l’écoute », s’est réjouie Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, ce que confirme Patrick Gonthier de l’Unsa-Education. Hollande « connais­sait les sujets évoqués et veut redon­ner de la mobi­li­sa­tion », a-t-il estimé.