Non à une licence bradée

Le Monde publiait le 20 janvier un point de vue sur la licence universitaire intitulé "Ne bradons pas les diplômes de la licence !" signé Alain Caillié, sociologue et directeur de la "Revue du Mauss" et Marcel Gauchet, historien et rédacteur en chef de la revue "Le Débat", et soutenu par de nombreux univeristaires. Analyse.

Les auteurs reviennent dans cet article du Monde sur le plan réussite en licence (PRL) -au bilan peu convaincant- et la décision de le modifier, par le biais d’un arrêté publié en août 2011, dénoncé en son temps comme une provocation par le Snesup.

Cet arrêté modifie en effet les modalités de contrôle des connaissances en licence depuis septembre dernier, et concrètement détaillent les auteurs, permet aux étudiants de compenser « à l’intérieur d’un semestre et d’un semestre à l’autre n’importe quel enseignement fondamental de leur cursus (par exemple la philosophie pour un étudiant en philosophie) avec des « modules d’ouverture » de tous ordres (sport, engagement associatif, rédaction de CV, etc ) ». Pierre Dubois s’alarmait déjà cet été sur son blog du fait que ces « changements dans les modalités de contrôle des connaissances » ne visaient qu’à « une obtention plus facile de la licence ».

Sanctionner des « connaissances reconnues »

Pour les auteurs, ces dispositifs sont tout bonnement impossibles à mettre en place en termes d’organisation. Plus grave, ils tendent à dévaloriser le premier cycle universitaire, et à creuser le fossé entre les filières sélectives de l’enseignement supérieur et l’université.

Il n’est pas normal par ailleurs pour eux que les enseignants n’aient pas la liberté de fixer « les modalités d’évaluation de leurs étudiants », ni que les diplômes ne sanctionnent avant tout des « connaissances reconnues ».

Les auteurs jugent en conclusion « qu’on ne peut demander [aux universités] tout à la fois d’accueillir tout le public refusé ailleurs et de diplômer celui-ci. »

Le spectre du diplôme bradé ressurgit avec force, sur fond d’injustice sociale, car soulignent les auteurs, les plus favorisés sauront toujours s’orienter vers les filières d’élite, ultra-sélectives, et débouchant sur des emplois de qualité.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.