La mise à nu deviendrait-elle un moyen de revendication en vogue dans l’éducation ? Après les enseignants du Collectif contre le dépouillement de l’école, qui avaient posé nus dans un calendrier pour dénoncer le démantèlement de l’Education nationale, ce sont des parents d’élèves qui se déshabillent pour protester contre les suppressions de postes.

Samedi 21 janvier, les parents d’élèves du regroupement pédagogique intercommunal du canton de Latronquière, dans le Lot, se sont rassemblés pour dénoncer les fermetures de classes dans leur école élémentaire. Malgré la pluie, plusieurs personnes, dont un élu local, se sont déshabillées symboliquement pour dénoncer le « dépouillement des services publics en zone rurale ».

« Ici, ce ne sont pas les chiffres qui doivent parler mais les routes sinueuses, étroites et dangereuses, le temps pour se rendre à l’école, la neige, le verglas, a déploré la représentante des parents d’élèves. Les écoles de la maternelle jusqu’au collège inclus sont les maillons d’une même chaîne. Supprimer un poste impacte l’ensemble de la chaîne et peut conduire de fait à condamner le collège ».

Les parents d’élèves ne comptent pas en rester là, et ils ont d’ores et déjà prévu d’occuper les classes de l’école trois demi-journées par semaine. En effet, si leur mise à nu était symbolique, le dépouillement de l’école qu’elle dénonce semble bien réel : 14 000 nouvelles suppressions de postes sont prévues dans l’éducation pour la rentrée 2012.