Evaluation des enseignants : « il n’y a rien de scandaleux ! »

Un projet de décret ministériel prévoit de confier l’évaluation des professeurs du second degré au seul chef d’établissement. Alors qu’une pétition circule toujours sur internet pour réclamer le retrait du projet, le SNES et deux autres syndicats FSU appellent à une nouvelle grève le 31 janvier. Michel Richard, secrétaire général adjoint du SNPDEN, premier syndicat chez les proviseurs et les principaux, et proviseur d’un collège à Versailles, explique pourquoi le système de notation actuel est dépassé.

Michel Richard Quels seront les changements si le projet de réforme sur l’évaluation des enseignants, voulu par le gouvernement, entre en vigueur ?

Le projet de décret du ministère a été repoussé au 1er janvier 2013. Il faut donc attendre d’en savoir plus avant de tirer des conclusions hâtives. A priori, nous abandonnerons le système de double notation actuel qui, une fois pas an, comporte une partie administrative déterminée par le chef d’établissement et une partie pédagogique notée par l’inspecteur. Ce système de notes est devenu anachronique, en plus d’être très infantilisant pour le notateur et le noté. Il s’agit désormais d’aller vers un système d’évaluation et non plus de notation, sur la base d’un entretien tous les trois ans. Deuxième grand changement : nous pourrons évaluer la manière de « servir » du fonctionnaire, c’est-à-dire son engagement, son investissement, son rayonnement et sa relation avec les élèves.

Comprenez-vous que le projet ministériel soit perçu comme une « provocation » par les syndicats enseignants ?

Ce qui est très surprenant, c’est cette frilosité au changement de la part d’intellectuels et de progressistes. Il n’y a pas de raison d’avoir peur ! Tout le monde s’accorde à dire qu’il faut changer de système de notation. Et selon le code de l’Education, le supérieur hiérarchique, en l’occurrence le chef d’établissement, a déjà autorité sur le personnel.

Un proviseur de lycée ou un principal de collège dispose-t-il d’une formation suffisante pour évaluer correctement un enseignant ?

Il dispose des outils nécessaires pour évaluer la manière de servir. Nous souhaitons toutefois une grille d’évaluation précise qui permette de mener objectivement un entretien. Il faut que tout soit transparent, avec des données connues de tous. Le principe du contradictoire doit aussi être respecté : s’il le souhaite, un enseignant doit pouvoir être évalué par quelqu’un d’autre. Quant à la dimension didactique, elle continuera d’être du ressort de l’enseignant car je ne vois pas comment les chefs d’établissement pourraient être compétents dans la haute technicité des matières enseignées. Sans compter que si nous devions aller dans les classes pour apprécier la pédagogie de l’enseignant, ce serait très chronophage.

N’existe-t-il pas un risque de clientélisme dans ce système d’évaluation dont l’évolution des salaires dépendrait en partie ?

Le risque de clientélisme serait bien plus important si les chefs d’établissement recrutaient eux-mêmes les enseignants, comme le souhaite l’UMP. Il ne faut pas que les enseignants se trompent : s’il n’y a pas une refonte du système, l’évaluation sera sousterraine et ce seront les élèves ainsi que les parents d’élèves qui la feront, ce qui serait beaucoup plus dangereux ! Il faut des garde-fous mais ne pas rejeter le principe du changement.

Cela ne risque-t-il pas non plus d’accroître un peu plus les différences entre les établissements ?

Est-ce qu’il y a aujourd’hui les bons et les mauvais profs ? Oui. De bons et de mauvais établissements ? Oui. Les syndicats enseignants ont raison d’être vigilants pour qu’un système équitable se mette en place, mais il ne faut pas garder l’ancien système sinon l’évaluation ce sera le recrutement des enseignants.

Ne serait-il pas plus juste d’évaluer l’équipe pédagogique ?

La question est surtout de savoir s’il faut ou non connecter l’évolution des rémunérations sur l’évaluation. Je pense qu’il faut une gratification, sans lien direct entre l’évaluation et la rémunération des enseignants. Il pourrait très bien y avoir un mécanisme de bonification, non automatique. Le SNPDEN a par ailleurs rencontré des collègues finlandais, dont le système est souvent cité en exemple : eux aussi évaluent tous les ans, pendant deux heures, chaque professeur. Et puis il n’y a pas d’autonomie sans évaluation. L’autre élément intéressant du projet repose sur le concept d’auto-évaluation de l’enseignant. C’est une bonne chose qui pourra servir de base à l’entretien d’évaluation. Il n’y a rien de scandaleux à ce qu’on cherche à mesurer la valeur ajoutée d’un établissement plutôt que sa performance.

Charles Centofanti

18 commentaires sur "Evaluation des enseignants : « il n’y a rien de scandaleux ! »"

  1. Caroudel  20 janvier 2012 à 14 h 06 min

    Le refrain : les profs ne veulent pas changer.
    En fait les profs ne veulent pas de la soupe qu’on leur sert, c’est tout simple.
    Quelle est l’enquête qui a demandé aux prof comment ils voyaient leur notation ? S’il devait y avoir une notation ? Si la notation concernanit l’individu, l’équipe ou l’école, le collège, le lycée ?
    Quand on fera les choses sérieusement on verra les profs bouger !Signaler un abus

    Répondre
  2. Jan Vanier  20 janvier 2012 à 15 h 20 min

    Si ce système se met en place il faut AU MINIMUM mettre en place un RÉFÉRENTIEL DES TÂCHES qui définisse sans ambiguité :
    – qui est le donneur d’ordre (Ministère via l’Inspection générale, Rectorat via les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux ou bien le Lycée via le Proviseur)
    – si la tâche est reconnue (et sous quelle forme) ou bénévole (si si il en est de de plus en plus souvent)Signaler un abus

    Répondre
  3. Nix  20 janvier 2012 à 15 h 29 min

    Évaluer un enseignant dans connaître la dimension disciplinaire et la didactique, la belle affaire ! Dans ce cas, tout le monde peut « évaluer » n’importe qui et n’importe quoi. Et n’oublions pas que cela n’est qu’une première étape vers le recrutement par le chef d’établissement, raison de plus pour refuser cette « réforme ». Grève le 31/01.Signaler un abus

    Répondre
  4. Moi  20 janvier 2012 à 18 h 21 min

    Rien de ce qui est le plus mauvais du système anglo-saxon ne sera épargné aux français. Monsieur, vous êtes d’une naïveté ou d’une ignorance ou d’une mauvaise foi affligeante.Signaler un abus

    Répondre
  5. cdpe de l'ain  20 janvier 2012 à 18 h 21 min

    pour la féderation des parents d’élève FCPE de l’Ain, la notation des professeurs par le principal ou le proviseur, est le signe de la privatisation de l’Ecole Publique. L’équilibre des forces dans les Conseils d’administration des collèges et lycées penchera désormais du coté de l’administration. La voix des parents va disparaitre du seul endroit où la voix de tous pouvait s’exprimer. Il n’y a qu’ à voir les multiples refus de DHG des années passées. A partir de maintenant le silence. Et bientôt les prochains collèges Molex ou Continental. Mais là qui gérera cette faillite annoncée ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.