Raphaël Enthoven a répondu aux accusations de Sophie Coignard et Romain Guibert dans une tribune publiée hier par l’Express. Dans leur dernier ouvrage L’oligarchie des Incapables, les deux journalistes avaient accusé Enthoven d’avoir, grâce à sa relation privilégiée avec le président de la République, influencé la décision de Luc Chatel d’étendre l’enseignement de philosophie à la classe de seconde.

Le professeur de philosophie s’est défendu de tout piston, affirmant qu’il avait soumis l’idée au ministre de l’Education nationale avant d’en parler à Nicolas Sarkozy et estimant que « Luc Chatel n’a eu besoin de personne pour constater l’évidence et considérer, en son âme et conscience, que l’extension de l’enseignement de la philosophie à la classe de seconde lui semblait une bonne chose. ».

Pour Raphaël Enthoven, Sophie Coignard et Romain Guibert ont fait preuve d’un « populisme journalistique » consistant à « remplacer insidieusement les faits par des scénarios manipulatoires et vendeurs ».