Luc Chatel promet une année 2012 « passionnante »

Le ministre a réaffirmé aujourd'hui, lors de ses voeux à la presse au ministère de l'Education nationale, la nécessité de la personnalisation des parcours scolaires et des suppressions de postes.

Luc Chatel - voeux à la presse 2012 (photo Quentin Duverger)Luc Chatel a présenté aujourd’hui ses voeux à la presse. Le ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative a promis une année 2012 « passionnante », puisque l’éducation devrait être « au coeur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles.

Luc Chatel s’est félicité des réformes « structurelles » et « fondamentales » du système éducatif entreprises au cours du quinquennat : réforme du lycée, dispositif d’éducation prioritaire Eclair, expérimentation sur les rythmes scolaires, ainsi que les projets de réforme de l’évaluation des enseignants et de la gouvernance des établissements…

Concernant la réforme de l’évaluation des enseignants, le ministre a rappelé qu’il avait évoqué le sujet dès 2009 « dans le cadre du nouveau pacte de carrière des enseignants », et a précisé qu’il « continuerait à avancer » sur ce dossier.

Il a insisté sur l’importance de la « personnalisation » dans l’éducation, et a exhorté à sortir « de cet égalitarisme qui a fait tant de mal à l’école ». Il a mis en avant l’accompagnement personnalisé mis en place à l’école primaire, au collège et au lycée. Le dispositif profite notamment à « un collégien sur trois », soit un million d’élèves. D’après la Depp, « 70 % des principaux de collèges notent une amélioration des résultats » des élèves qui profitent de ce soutien personnalisé. Au lycée, l’accompagnement personnalisé explique selon Luc Chatel la baisse du taux de redoublement en fin de seconde, qui était de « 9,5 % en 2011, contre 10,9 % en 2010 et près de 13 % les années précédentes ».

Le ministre a souligné que la droite avait aujourd’hui « une vraie vision de l’éducation, ce qui n’a pas toujours été le cas ». Il a insisté sur le fait que la recréation de 60.000 postes dans l’éducation proposée par François Hollande n’était « pas raisonnable », et estime le coût de cette mesure à « 100 milliards d’euros », en tenant compte de l’ensemble de la carrière mais aussi de la retraite de ces nouveaux fonctionnaires.

Luc Chatel a confirmé les 14.000 suppressions de postes annoncées pour la rentrée 2012, faisant valoir que cela permettait une revalorisation du salaire des enseignants. Le salaire des enseignants en début de carrière est fixé à 2.000 euros par un décret publié aujourd’hui au Journal Officiel, soit « 18 % de plus en cinq ans et malgré un contexte de crise économique ».

Il a par ailleurs annoncé le lancement ces prochains jours d’une campagne télévisée sur le harcèlement à l’école, et la publication prochaine d’un texte-cadre sur les sanctions encourues par les fraudeurs au bac, sous le signe de la « tolérance zéro ».

Le ministre a conclu son intervention en exprimant toute sa confiance aux enseignants, qui font « le métier le plus difficile, mais aussi le plus beau ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.