Laurent Wauquiez : « Plus personne ne conteste le principe de l’autonomie des universités »

Quelques mois après la rentrée, Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche depuis le mois de juin dernier, revient sur les réformes en cours au sein des universités et développe sa vision de leur avenir. Entretien.

Laurent Wauquiez ©DR

Laurent Wauquiez ©DR

Comment jugez-vous le déroulement du premier semestre universitaire ?

Cette rentrée a été celle de la concrétisation du changement en cours depuis 2007. Des réformes extrêmement ambitieuses comme l’autonomie des universités ou l’arrêté licence (1) ont été lancées. Elles sont aujourd’hui quasiment concrétisées : au 1er janvier 2012, l’ensemble des universités ont accédé à l’autonomie. Plus personne n’en conteste le principe. C’est une belle victoire. Cette rentrée a aussi été pour moi l’occasion de m’attaquer à un autre chantier : l’amélioration des conditions d’études des étudiants, élément essentiel de leur réussite. Dès septembre, j’ai ainsi mis en place le versement d’un dixième mois de bourse. J’ai lancé le passeport étudiant pour faciliter leur accession au logement. Enfin, dernière opération à laquelle je tenais beaucoup, l’offre de tablettes étudiantes à moins d’un euro par jour est commercialisée. De véritables progrès ont été réalisés et je veillerai à ce que cela continue.

Quel bilan faites-vous, quatre ans après son vote, de la Loi relative aux libertés et responsabilité des universités (LRU) ?

Sur les cinq dernières années, nous avons modifié en profondeur le visage de nos universités avec un objectif clair : construire l’université du 21ème siècle, renforcer son attractivité et sa compétitivité, maintenir le niveau d’excellence académique, tout en renforçant sa mission d’insertion professionnelle. Le mouvement de refondation de l’université, engagé par le Gouvernement en 2007, a permis d’aligner notre système universitaire sur les meilleurs standards internationaux et d’accélérer l’entrée de la France dans l’économie de la connaissance.

En quoi la LRU rend-t-elle les universités plus attractives ?

Elle représente une vraie révolution institutionnelle. Pour la première fois, les ressources financières et humaines, l’immobilier ou les systèmes informatiques sont gérés directement par les établissements. S’agissant des cursus, nous avons mis en place un enseignement personnalisé tourné vers la réussite de chacun. L’adaptation de leur offre de formation aux besoins économiques du monde de l’entreprise est au cœur des réformes. C’est notamment ce qu’institutionnalise l’arrêté licence que j’ai pris cet été.

Le processus va-t-il se poursuivre comme prévu avec le transfert du patrimoine immobilier ?

La dévolution du patrimoine est l’étape ultime de l’autonomie. Depuis la rentrée 2011, trois universités sont propriétaires de leur patrimoine: Clermont 1, Toulouse 1 et Poitiers. L’Etat transfère non seulement le patrimoine immobilier, mais aussi la responsabilité de planifier et de financer tous les projets. Pour ces établissements, c’est un atout supplémentaire pour construire leur stratégie. Sur le Campus de Poitiers, par exemple, cela a permis la rénovation des amphithéâtres et la construction d’un learning center. Neuf autres universités souhaitent devenir propriétaires de leurs patrimoines.

Qu’est-il envisagé pour aplanir les difficultés budgétaires de certaines universités confrontées, notamment, à un accroissement de leur masse salariale ?

Sur les 150 établissements d’enseignement supérieur, seuls trois connaissent des difficultés passagères. C’est l’arbre qui cache la forêt d’une réussite incontestable, alors que 147 établissements ont parfaitement su gérer le budget alloué. Bien sûr, il peut y avoir des difficultés passagères, mais l’autonomie est un processus d’apprentissage pour les universités et pour l’Etat. Nous devons apprendre à gérer ensemble, sereinement, les quelques difficultés qui apparaissent ponctuellement et qui ne sauraient remettre en cause tous les bénéfices de l’autonomie pour les étudiants et les personnels de nos établissements d’enseignement supérieurs. Face à ces défis, nous accompagnons ces établissements : sur la masse salariale, par exemple, un effort exceptionnel a été fait. Nous avons transféré aux universités plus de moyens que ce que l’Etat payait préalablement. Il faut les aider à rattraper le manque d’investissements du passé, indépendamment de la couleur politique des gouvernements précédents.

Comment l’université du 21e siècle pourra-t-elle concilier excellence, attractivité et frugalité budgétaire ?

Je considère que les investissements d’aujourd’hui sont la croissance d’aujourd’hui et de demain. La crise ne doit donc pas être un frein aux investissements dans l’enseignement supérieur et la recherche. Toutes les mesures que nous prenons interviennent dans un contexte de gestion rigoureuse de la dépense publique. Mais celle-ci n’est pas aveugle car nous construisons l’avenir de la France en investissant dans les secteurs stratégiques. Dans le projet de loi de finances pour 2012, le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche a été préservé. Tant sur le plan budgétaire que sur le plan fiscal, l’effort est exceptionnel. Illustration de cette politique, le budget des universités a augmenté de 23% en moyenne depuis 2007. En cinq ans, l’Etat a accru ses moyens deux fois plus que sur les 10 années précédentes !

Où en est le programme « investissements d’avenir » ?

Les investissements sont notre meilleure arme anticrise. Avec les investissements d’avenir, nous consacrons 22 milliards d’euros à l’enseignement supérieur et nous déployons un accélérateur de compétitivité pour la recherche française au plus haut niveau mondial. Notre rôle est d’accompagner et de favoriser l’innovation, le meilleur des moteurs pour relancer l’économie. Ma conviction est que la recherche est la clé de notre avenir. C’est le choix politique que nous avons fait au plus fort de la crise. Les projets se mettent en place, et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin.

Nadia Gorbatko

Note(s) :
  • (1) Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) a adopté, le 12 juillet 2011, un arrêté relatif au diplôme de la licence modifiant celui de 2002.

2 commentaires sur "Laurent Wauquiez : « Plus personne ne conteste le principe de l’autonomie des universités »"

  1. alainaugé  7 janvier 2012 à 10 h 19 min

    Mr Wauquiez brasse du vent comme il l’a fait pour l’alternance. Il a fait parler de lui au travers de son blog ouvert qui avait suscité de l’espoir et des propositions restées sans suite !! Pour l’heure il oublie le principal : un bon enseignement se fait avec des bons ensegnants. Dans tous les pays, on recrute les enseignants par petites annonces. On leur fait passer des tests, etc (voir « enquête sur le formation de élites » chez Perrin). Les concours de recrutement (Capes, Agreg,..) sont bidons, et la cooptation dans les universités est catastrophique. Il est certain que Mr Wauquiez n’a subi ni l’un ni l’autre, puisqu’il a été parachuté, n’aurait pas été recruté. Quelles compétences attendre de tels processus??Signaler un abus

    Répondre
  2. Moi  7 janvier 2012 à 13 h 06 min

    Le mensonge est devenu l’arme unique de ces politiques. c’est finalement assez pratique, Ils énoncent un jugement donc il faut comprendre que la réalité est strictement inverse. Facile et efficace. Merci M. le ministre. NB : Je ne lis même plus les arguments développés, comme ça je gagne du temps. Merci encore !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.