La nouvelle circulaire Guéant ne convainc pas

L'assouplissement de la circulaire controversée de Claude Guéant, qui facilite désormais l'accès à l'emploi pour les étudiants étrangers à haut potentiel, n'est pas jugé suffisant par le Collectif du 31 mai et le PS.

Le gouvernement a mis au point hier mercredi un nouveau texte sur le recrutement des étudiants étrangers hautement qualifiés, afin de corriger ce qui a été décrit hier matin par Laurent Wauquiez comme les « malentendus » de la circulaire controversée du 31 mai.

L’assouplissement concerne la délivrance du permis de travail à certains étudiants étrangers ayant « une compétence spécifique recherchée », comme « la connaissance approfondie d’un pays ou d’une culture étrangère ». « Que veut dire « compétence spécifique » ? » demande Fatma Chouaïeb, porte-parole du Collectif du 31 mai, qui dénonce des critères d’appréciation « arbitraires ». Elle dénombre plus de 1.000 « victimes » de la circulaire, et demande en conséquence son retrait.

« C’est trop peu et trop tard », a pour sa part réagi le député socialiste Alain Claeys, responsable du supérieur dans l’équipe de François Hollande. « Trop tard parce que depuis la parution du premier texte, le 31 mai, des milliers d’étudiants ont connu des tracasseries administratives », a-t-il expliqué. « Trop tard aussi parce que l’Allemagne, si sou­vent citée en modèle, n’a pas attendu pour assouplir entretemps les conditions d’emploi des étudiants étrangers et prendre un temps d’avance dans la compétition mondiale en matière de formation ».

Les Echos signalent par ailleurs une explosion des taxes sur les titres de séjour pour les étudiants étrangers qui voudraient devenir salariés : « La taxe pour l’obtention d’un premier titre de séjour « salarié » est passée au 1er janvier de 85 euros à 349 euros (…). Par ailleurs, la taxe devra être payée non au moment de la délivrance du titre mais de sa demande. En cas de refus, 110 euros ne seront pas remboursés. » Cette mesure interviendra après la publication d’un décret, attendu pour juillet 2012.

Ce durcissement des formalités d’études et de travail n’est pas sans inquiéter les pays étrangers qui envoient leurs étudiants en France, notamment en Afrique du Nord. Le quotidien Aujourd’hui le Maroc, repris par Les Inrocks, dénonce un « nouveau coup dur pour les étudiants étrangers. » Le Soir Echos fait état d’« une préoccupation qui gagne même les rangs des lycéens marocains (et de leurs parents), qui ne savent plus très bien si la destination France est la plus appropriée ».

A 15.000 kilomètres de la France, le quotidien australien The Australian propose quant à lui l’analyse suivante : « Comme le président Nicolas Sarkozy a du mal à repousser le Front National renaissant sous la présidence de Marine Le Pen, son gouvernement a lancé une répression sur les visas de travail pour des milliers d’étudiants étrangers. »

Source(s) :
  • AFP, lesechos.fr, lesinrocks.com, lemonde.fr, rtl.fr, lesoir-echos.com, aujourdhui.ma, theaustralian.com.au

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.