Le Snuipp-FSU a fait valoir hier son droit à « l’alarme sociale » pour réclamer l’ouverture de discussions à propos de la répartition départementale des suppressions de postes dans le premier degré. Le secrétaire général du syndicat, Sébastien Sihr, a évoqué le dépôt éventuel d’un préavis de grève si les inspecteurs d’académie refusaient de négocier.

Dans un communiqué, le syndicat a réclamé l’ouverture d’une discussion avec les IA pour établir une carte des suppressions de postes par département, en fonction des besoins remontés par les sections locales.

Sébastien Sihr a indiqué que le syndicat n’avait « pas eu de dis­cus­sions appro­fon­dies et argu­men­tées » avec le ministère lors de la présentation de la carte des suppressions de postes par académie. 

Une réunion avec le ministère est prévue mercredi, durant laquelle le syndicat espère pouvoir « débattre et argu­men­ter puisque [ses membres ont] eu cette fois-ci le docu­ment pré­pa­ra­toire ». « Si nous n’avons pas de réponse satis­fai­sante de la part des ins­pec­teurs d’académie et du minis­tère nous envi­sa­geons éven­tuel­le­ment de dépo­ser des pré­avis de grève », a précisé Sébastien Sihr.