Après une courte période d’accalmie, les préfectures appliqueraient de nouveau avec zèle la circulaire Guéant compliquant les conditions d’accès à l’emploi des étudiants étrangers diplômés en France, d’après la Tribune.

La mobilisation contre la circulaire du 31 mai n’a pourtant pas faibli ces derniers temps. Une pétition réclamant son abrogation lancée il y a quelques jours par de nombreuses personnalités a déjà récolté plus de 13 000 signatures. Parallèlement, des salariés d’Altran en ont signé une autre pour défendre les étudiants étrangers embauchés par l’entreprise, mais n’ayant pas obtenu l’autorisation de travailler en France.

Du côté des politiques, Laurent Wauquiez a admis samedi dans On n’est pas couché s’être « planté, et il faut le dire clairement », à propos de la circulaire Guéant. Ce matin, c’est Frédéric Mitterrand qui a avoué sur BFMtv avoir « un problème » avec ce texte. Pour Pierre Tapie, cité par la Tribune, « la France se met mal sur la scène internationale pour 900 demandes par an dont 500 à 600 bac + 5 ». « Dans tous les forums internationaux de recrutement et à l’étranger, on ne parle que de la circulaire Guéant », a-t-il déploré.