Dans un communiqué publié lundi, plusieurs syndicats, dont la CGT Educ’action, ont critiqué les récentes prises de position du gouvernement, qui pourraient mener à « la casse organisée de l’enseignement professionnel sous statut scolaire ».

Principale mesure en cause, « la possibilité de rendre obligatoire l’alternance lors des dernières années de préparation au baccalauréat professionnel et au CAP », envisagée par Nicolas Sarkozy. Les syndicats ont estimé que les objectifs de l’Etat et des régions pour le développement de la formation par alternance n’étaient « pas atteints » et que de nombreuses difficultés perduraient : « difficultés […]à trouver un employeur ; crise économique ; discriminations sexuelle, sociale, raciste ; ruptures de contrats, etc ».

En conséquence, les organisations se sont opposées « à la priorité politique affichée de développer exclusivement l’apprentissage » et ont réclamé une audience auprès, entre autres, du ministre de l’Education nationale pour « clarifier l’ensemble des récentes prises de position ».