Masterisation des enseignants : le rapport Grosperrin pointe de graves insuffisances

Bien que rédigé par un député UMP et adopté par la majorité parlementaire, le rapport Grosperrin sur la formation des enseignants est très critique vis-à-vis des résultats de la masteriation, un an après sa mise en place.

Hier à l’Assemblée nationale, le débat a été houleux. Les députés de droite et de gauche ont en effet âprement discuté, puis la majorité parlementaire a finalement adopté la seconde version du rapport du député UMP Jacques Grosperrin, dont elle avait rejeté la première mouture le 6 juillet dernier, en raison de deux articles particulièrement polémiques.

L’un d’entre eux était la suppression pure et simple des concours enseignants et le second la suppression du concours de l’agrégation externe. Ces deux propositions avaient soulevé, lors de leur soumission à l’Assemblée, un véritable tollé, à droite comme à gauche.

La nouvelle mouture du projet comprend des aménagements concernant ces deux propositions, mais elles n’ont néanmoins pas totalement disparu du texte, ce qui fait dire à Martine Martinel, députée PS : « Je préfère le modèle traditionnel de recrutement [des enseignants] par concours de l’école républicaine que le recrutement par Pôle emploi ». Les députés de gauche ont d’ailleurs voté contre cette seconde mouture en partie à cause de ce problème des concours enseignants.

Le rapport du député UMP n’est pourtant pas complaisant avec la réforme de la formation des enseignants mise en place depuis 2010, et pointe du doigt ses insuffisances. On peut ainsi lire dans Le Figaro que le texte affirme avec force qu’il y a « urgence » à « préserver l’attractivité du métier ».

En effet, la « chute inquiétante du nombre de candidats aux concours » est soulignée ainsi que l’ »allongement de la durée des études discriminant sur le plan social ».

Dans un entretien à l’afp.com, publié sur lexpress.fr, Jacques Grosperrin pointe également du doigt le caractère beaucoup trop disciplinaire de la formation actuelle des enseignants : « le rapport propose d’orienter la formation vers davantage de pédagogie et moins de cours théoriques. La formation actuelle des futurs professeurs – basée essentiellement sur les savoirs académiques- ne correspond pas aux attentes de ce métier […] « .

Source(s) :
  • Le Figaro, lexpress.fr, AFP

3 commentaires sur "Masterisation des enseignants : le rapport Grosperrin pointe de graves insuffisances"

  1. Laetilivres  9 décembre 2011 à 14 h 11 min

    Maman de 5 enfants, l’envie de devenir enseignante m’est venue tardivement… en animant la BCD, l’atelier théâtre, en présidant l’association de parents d’élèves. J’adore être confrontée à la classe ! On m’a donné la chance de mener seule des séances et même si je n’avais pas tout le savoir nécessaire, j’ai assuré…en travaillant !! Vu le concours à BAC+5 je n’ai pas vraiment de chance d’être enseignante pourtant je reste persuadée que ma connaissance des enfants, mon expérience (j’ai travaillé aussi dans des centres sociaux avec un bafa et un bafd) serait bénéfique quant à la pédagogie différenciée, à la manipulation… C’est tout le recrutement qui est à revoir, par ce mode de recrutement l’Etat se prive de personnes très motivées.Signaler un abus

    Répondre
  2. Lespiedssurterre  10 décembre 2011 à 20 h 04 min

    Oui c’est certain quand on sera devenu tous complètement nuls en math et en français on sera bien avancé ou les domestiques des chinois. Pitoyable de vouloir transformer notre école en garderie en remplaçant nos professeurs par des animateurs. Recyclons les clowns en enseignants après tout ils savent y faire avec les enfants et ils les font rire… Le déclin n’est pas fini à ce que je lis…Signaler un abus

    Répondre
  3. JeanL  18 décembre 2011 à 12 h 33 min

    Pas étonnant que M.Gosperrin s’en prenne à la formation trop disciplinaire des enseignants (je précise pour les non-initiés que « disciplinaire » signifie « dans leur matière ») : c’est un ancien prof de gym reconverti dans la recherche pédagogique c’est-à-dire dans le blabla interminable et creux sur l’enseignement. Car dans l’éducation nationale, il y a ceux qui sont sur le terrain et enseignent, ce sont les professeurs, et ceux qui, comme lui, ayant bien pris soin de s’éloigner des élèves réels ( trop dangereux, ou trop modeste!), écrivent de grandes thèses que personne ne lit pour expliquer aux autres comment il faut faire cours. Je précise que je n’ai rien contre les profs de gym à condition qu’ils fassent ce pour quoi ils sont payés, enseigner l’éducation physique, et qu’ils ne cherchent pas à jouer aux grands intellectuels.
    Bref, on comprend aussi pourquoi M.Grosperrin veut supprimer l’agrégation : il n’est pas agrégé !
    En un mot, la seule chose qui soit véritablement utile aux élèves, contrairement à ce qu’il prétend, ce sont des instituteurs et des professeurs qui dominent à la perfection leur matière et se donnent pour unique objectif de bien l’expliquer à leurs élèves afin que ceux-ci sortent de l’école ou du collège plus instruits qu’ils n’y sont entrés. Car seule l’instruction forme des citoyens lucides et responsables. Sans une instruction solide, le blabla sur la citoyenneté n’est que du vent.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.