Le projet de loi sur la laïcité dans les crèches, les centres de loisirs et chez les assistantes maternelles n’a pas été présenté au vote au Sénat mercredi. Les sénateurs ont invoqué un manque de temps pour justifier le report de son vote à une date indéterminée.

Cette proposition de la sénatrice RDSE Françoise Laborde prévoyait d' »étendre l’obligation de neu­tra­lité à cer­taines per­sonnes ou struc­tures pri­vées accueillant des mineurs et à assu­rer le res­pect du prin­cipe de laï­cité ». Elle avait fait l’objet de vives critiques, y compris de la part de la gauche. L’article 3 avait notamment été qualifié de « grotesque » par certains spécialistes de la laïcité au sein du gouvernement. Il proposait d’étendre le principe de laïcité aux assistantes maternelles à domicile car « les parents peuvent vou­loir une nou­nou qui soit ‘neutre’ sur le plan reli­gieux ».

Le texte préconisait également de soumettre les crèches profitant d’une aide financière publique à « une obli­ga­tion de neu­tra­lité en matière religieuse » et d’autoriser celles n’en bénéficiant pas « à appor­ter, si elles le sou­haitent, cer­taines res­tric­tions à la mani­fes­ta­tion de convic­tions reli­gieuses de leurs sala­riés qui figu­re­raient dans le règle­ment intérieur ».