Dans une lettre commune adressée à Luc Chatel, l’organisation étudiante Unef et le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, dénoncent les « nombreuses difficultés » rencontrées par les étudiants de masters en alternance préparant aux métiers de l’enseignement.

Les deux organisations demandent au ministre de « respecter ses engagements » envers ces étudiants, rappelant que « tous doivent pouvoir bénéficier de la rémunération (…) fixée par la circulaire du 17 juillet 2010 relative à l’organisation des stages pour les étudiants en master se destinant au métier de l’enseignement ».

Suite à la circulaire du 14 septembre 2011 – soit « plusieurs semaines après l’inscription des étudiants dans les masters » – les étudiants désormais « considérés comme contractuels (…) sont rémunérés 495,44 euros brut par mois sur la base de 4 jours travaillés contre 617,40 euros auparavant. »

Outre cette « rupture avec les engagements pris par les universités et l’Education nationale », Emmanuel Zemmour, président de l’Unef, et Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp ont constaté, « dans un grand nombre de départements, (…) une absence de contrat de travail ou de convention de stage, alors [que les étudiants] étaient déjà affectés dans les écoles. »

Enfin, ils déplorent des « retards dans le versement de leur salaire », en particulier en Seine-et-Marne. Ils demandent en conséquence au ministre « d’intervenir auprès des recteurs et des inspecteurs d’académie » pour mettre fin à ces « dysfonctionnements », et de faire en sorte que tous les étudiants concernés puissent « bénéficier de la rémunération qui leur avait été annoncée » en juillet.