Les étudiants étrangers diplômés en France ont uni leurs forces avec les sans-papiers dans la lutte contre la circulaire du ministre de l’Intérieur Claude Guéant. Douze organisations, dont l’Unef, la CGT, Education sans frontières ou encore SOS Racisme ont donné ce lundi une conférence de presse pour réclamer « la régularisation des travailleurs sans papiers et l’égalité de traitement entre Français et étrangers dans les études comme au travail ». « Ce n’est pas normal qu’un migrant gagne moins qu’un Français à qualification égale ou que les étudiants étrangers n’aient pas les mêmes droits que les Français » a déploré Francine Blanche, de la CGT, citée par Libération.

Selon le Collectif du 31 mai, malgré les discours rassurants de Laurent Wauquiez et des présidents d’université, la situation des étudiants étrangers souhaitant travailler en France ne s’est pas améliorée. « J’ai ouvert ma boîte mail tout à l’heure, et je n’ai lu que des refus, même à des gens à qui la préfecture avait dit oralement que ça avançait, a déploré la porte-parole du Collectif. Ce qu’il faut espérer, c’est qu’avec la nouvelle année le gouvernement soit libéré de sa politique du chiffre et des 10 000 étrangers en moins qu’il veut afficher ».

Les douze organisations ont annoncé la création d’une plate-forme commune pour faire entendre leurs revendications. « Ce gouvernement a réussi à unir des étudiants de master 2 et des gens qui nettoient les bureaux. Il fallait quand même le faire ! », a ironisé Raymond Chauveau, de la CGT.