Louis Vogel, président de la CPU, a estimé dans une interview donnée à EducPros que les présidents d’université étaient « stigmatisés » par la médiatisation de la mise sous tutelle des universités en déficit budgétaire. Pour lui, cette couverture médiatique a « jeté la suspicion sur certains présidents » alors que « l’ensemble [des] universités sont bien gérées ».

En effet, selon les premières conclusions du comité des pairs accompagnant les universités en déficit, « les situations budgétaires » des universités de Savoie et de Paris XIII ne « justifiaient pas l’application du fameux décret » de mise sous tutelle.

Louis Vogel a déploré la rigidité de ce décret, considérant que « les dispositions de ce texte » étaient « trop mécaniques », et ne permettaient pas de « s’adapter au contexte de transition ».