Grève du 15 décembre : le Sgen-CFDT se désengage, les autres syndicats persistent

Le Sgen-CFDT suspend son appel à la grève après avoir eu l'assurance que le ministère était prêt à ouvrir des négociations. Les autres syndicats continuent à réclamer le retrait des textes de la réforme de l'évaluation des enseignants.

Le Sgen-CFDT, quatrième syndicat enseignant, a décidé de suspendre son appel à la grève pour le 15 décembre contre la réforme de l’évaluation des enseignants, après que le ministère a promis l’ouverture « de vraies négociations ». Dans un courrier à la fédération Sgen-CFDT, Josette Théophile, DGRH de l’Education nationale, affirme que ce projet n’est qu’une « base de proposition ouverte » et se dit prête à « discuter des propositions alternatives des organisations syndicales ».

Les syndicats Snes-FSU, SE-Unsa et FO Enseignement regrettent cette décision « unilatérale » du Sgen, rappelant l’importance d’« un front syn­di­cal uni et solidaire ». Ils maintiennent leur position et demandent le retrait des textes, non des négociations. « Il est déci­sif que l’on main­tienne le rap­port de force », affirme Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du Snes-FSU. Luc Chatel, qu’elle a rencontré, persiste d’après elle à vouloir faire « du chef d’établissement l’évaluateur prin­ci­pal des enseignants ».

Le projet de réforme de l’évaluation des enseignants prévoit en effet de remplacer la traditionnelle double notation (administrative par le chef d’établissement, et pédagogique par l’inspecteur) par un entretien tous les trois ans avec leur « supé­rieur hié­rar­chique direct ». Cet entretien d’évaluation avec le chef d’établissement en col­lège et lycée, « l’inspecteur com­pé­tent » dans les écoles, déterminerait l’avancement et donc l’évolution des salaires.

Hubert Raguin, secrétaire général de la FNEC-FP-FO, exige « le retrait du pro­jet de décret comme préa­lable à toute négociation ». Christian Chevalier, secrétaire général du SE-UNSA, estime pour sa part que « pour qu’il y ait négo­cia­tion, il faut que le minis­tère ait une marge de manoeuvre mais je ne crois pas qu’elle soit forte sur les moda­li­tés d’évaluation, sur­tout sur la réper­cus­sion sur la car­rière des enseignants ». Or « le dis­po­si­tif de M. Chatel est net­te­ment moins inté­res­sant que le dis­po­si­tif actuel alors que tous les rap­ports (OCDE, Sénat…) relèvent que les ensei­gnants fran­çais sont les plus mal payés », souligne-t-il.

Une pétition unitaire en ligne demandant le retrait du pro­jet de réforme a déjà recueilli plus de 52.000 signatures.

Source(s) :
  • Avec AFP

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.