« Pour une formation universitaire des enseignants ». Sous ce titre, la Conférence des directeurs d’IUFM vient de publier 22 propositions, plus particulièrement destinées à alimenter la réflexion des candidats à la prochaine élection présidentielle. Les directeurs d’IUFM partent d’un double constat : « Si les deux missions classiques de l’École française, instruction et éducation, ne sont pas formellement remises en cause, force est de constater que ces missions ne sont pas réalisées partout de façon satisfaisante ». En outre, le rôle de l’enseignant a changé. Il est devenu « un acteur social, […] un concepteur des organisations scolaires adaptées aux situations locales ».   

Pour la CDIUFM, cette évolution rend nécessaire une formation universitaire professionnelle, qui assure l’acquisition et la maîtrise de trois types de connaissances : relatives aux disciplines académiques, à l’enseignement de ces disciplines et à la profession enseignante. Le document préconise donc d’abord un changement de logique, pour « dissocier le recrutement et la formation universitaire des enseignants » et « construire un dispositif piloté par la formation et non par le concours ». Il suggère également de « diversifier les conditions et modalités d’entrée en formation et favoriser les passerelles » entre les « parcours d’enseignement », qui seraient mis en place à partir de la deuxième année de licence, et les autres.

La CDIUFM souhaite mettre en œuvre une véritable formation en alternance et « intégrer des stages en établissement de façon progressive tout au long du cursus ». Pour assurer l’homogénéité des formations, la Conférence plaide pour la création d’un référentiel national et d’une commission pédagogique nationale. Parallèlement, elle milite aussi pour une « contractualisation entre universités, Éducation nationale et collectivités territoriales dans chaque académie, précisant de manière pluriannuelle les besoins à couvrir, les objectifs à atteindre et les moyens complémentaires alloués ». Elle plaide enfin pour un accompagnement social des étudiants.