Ce samedi, c’est la Journée mondiale des toilettes, ou World Toilet Day. Loin d’être un gag, cette journée, qui existe depuis 2001, est l’occasion d’évoquer une cause humanitaire de première importance : 40% de la population mondiale n’a pas accès à des sanitaires. Ces 2,6 milliards de personnes doivent déféquer ou uriner dans la nature, par exemple dans les rivières, une cause de diarrhée, choléra et dysenterie.

Cette situation pose donc des problèmes majeurs en termes de santé. L’Organisation mondiale des toilettes rappelle que « la majorité des maladies dans le monde est causée par des matières fécales. Près d’un dixième des maladies pourrait être prévenu en améliorant les conditions d’accès à l’eau, l’évacuation des eaux usées et la gestion des ressources en eau. »

De telles améliorations auraient un impact important sur la mortalité infantile. En effet, 88 % des cas de diarrhées peuvent être imputés à de l’eau impure et à de mauvaises conditions d’hygiènes. La diarrhée aiguë (qui dure une dizaine de jours) provoque une déshydration qui peut être fatale : elle est responsable de la mort de 2,2 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit un enfant toutes les 14 secondes…

Pour aborder le sujet en classe, le site Histoires recyclables propose par exemple une fiche pédagogique sur les différentes formes de toilettes dans le monde, leurs avantages et leurs inconvénients, ainsi que sur les méthodes de traitement des eaux usées. En vidéo, la chaîne d’information Euronews a récemment consacré son émission Learning World à la question de l’éducation à l’hygiène. L’émission, à revoir en ligne, présente des initiatives visant à construire un environnement éducatif hygiénique et à inculquer aux élèves les principes sanitaires rudimentaires, au Cambodge, en Ouganda et aux Etats-Unis.

Enfin, à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes 2011, la marque de nettoyants Domestos lance la version française de son site Flush Tracker, qui permet de suivre en direct la progression de ses eaux usées une fois que la chasse d’eau est tirée. Ceci pour nous rappeler « la chance que nous avons d’avoir des égouts ».