Dans un article des Echos paru ce matin, Luc Chatel a assuré que « rien n’était ficelé » concernant le projet d’évaluation des enseignants par le seul chef d’établissement. Ce projet de décret et d’arrêté, révélé hier, modifie les pro­gres­sions de car­rière et les grilles d’avancement et confie au seul chef d’établissement la responsabilité de l’évaluation de ses enseignants.

La DGRH de l’Education nationale Josette Théophile a confirmé que le contenu des textes allait être « discuté » et qu’ils pourraient « être amendés ». Selon la DGRH, des « discussions bilatérales » seront prochainement ouvertes avec les organisations syndicales. Elle précise cependant que « les réflexions sont déjà engagées » et que « le compte à rebours pour une entrée en vigueur à la rentrée 2012 est de clore les négociations d’ici à décembre. »

La levée de boucliers provoquée chez les syndicats enseignants par la révélation du projet ministériel a surpris la DGRH. « L’évaluation, c’est le cinquième chantier du pacte de carrière, il y a déjà eu au moins trois tours de piste, on ne surprend et on ne bouscule personne » s’est-elle étonnée. Pour Daniel Robin, co-secrétaire général du Snes, il s’agit d’une « véritable déclaration de guerre « , notamment à cause du calendrier imposé. « Le ministère organise un véritable passage en force en voulant soumettre son projet au comité technique ministériel avant les congés de fin d’année » a-t-il dénoncé. Le co-secrétaire du Snes a évoqué la possibilité d’un appel à la grève lancé prochainement par le syndicat.