Pour le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, la controverse déclenchée par la circulaire du 31 mai sur l’immigration professionnelle est un « faux problème ». Interrogé sur France-Inter hier, Claude Guéant a rappelé que « la circulaire en cause ne change strictement rien au droit actuel » et « se contente de paraphraser une loi qui dit expressément qu’un étudiant étranger a droit à une expérience professionnelle de 6 mois dans la discipline où il a suivi un enseignement ».

S’il admet que les directeurs de grandes écoles et présidents d’universités ont pu faire preuve d’un « excès de zèle » en lui signalant « à peu près 300 noms de personnes pour lesquelles il y a des contestations et des révisions possibles », il affirme que « la moitié d’entre elles ont obtenu satisfaction ». Des propos contestés par Fatma Chouaïeb, porte-parole du Collectif du 31 mai, selon qui « 60 personnes ont obtenu satisfaction sur 500 dossiers transférés au MESR ».

Sur France-Inter, Claude Guéant a défendu sa position en alléguant que « la France n’avait pas à voler l’élite de pays qui en ont absolument besoin ».