Le SE-Unsa et le Sgen-CFDT ont exprimé leur inquiétude face à la redéfinition du statut des enseignants préconisée hier lors d’une convention de l’UMP consacrée à l’éducation. L’UMP y a dévoilé une liste de 30 mesures élaborées dans le cadre du projet présidentiel, parmi lesquelles une réflexion sur l’évolution des « obligations de service » des enseignants. Le nouveau statut permettra « d’intégrer dans les missions des enseignants non seulement les cours mais l’accompagnement: tutorat, orientation, concertation ».

Selon les syndicats, avec la création de ce nouveau statut, « l’UMP est en train de monter un piège » qui pourrait aboutir à un « alour­dis­se­ment des tâches » et à une « concur­rence » entre les enseignants. « On était prêt à […] inclure d’autres modalités dans notre service mais à condition que cela se traduise en diminution du service face aux élèves. Là, on a bien compris que c’est en plus » a dénoncé l’Unsa-Education.