Luc Chatel a dénigré l’étude de Georges Fotinos sur l’épuisement des enseignants révélée hier par Le Monde, selon laquelle un enseignant sur six serait en burn-out. D’après le ministre de l’Education nationale, « le soi-disant pour­cen­tage de burn-out de 17%, mesuré chez les ensei­gnants fran­çais est en fait le résul­tat d’un tra­vail sta­tis­tique mené en Hollande à la fin des années 90 ». Georges Fotinos a confirmé ces propos hier. Dans une interview accordée hier à l’AEF, il a affirmé que « l’étude intégrale indiquait clairement que ce pourcentage concernait les enseignants hollandais » et qu’il « n’avait jamais été écrit que 17 % des professeurs de collège et lycée en France souffraient de ‘burn-out’, comme indiqué dans ‘Le Monde' ».

Luc Chatel a également rappelé que des « ini­tia­tives en matière de pré­ven­tion » avaient été prises et que « de réels pro­grès avaient été réa­li­sés en matière de méde­cine du tra­vail ». Elizabeth Labaye, secré­taire natio­nale du Snes, a tenu des propos contradictoires : « Sur les 80 [médecins de prévention] pré­vus, les rec­teurs n’en ont demandé que 39 et recruté 17 » a-t-elle déploré mercredi.