Selon Luc Chatel, le recrutement de 60 000 enseignants sur 5 ans proposé par François Hollande est « impossible » et démontre « une méconnaissance du système éducatif absolument majeure ».

Lors d’une convention UMP sur le projet du PS, le ministre de l’Education nationale s’est expliqué : « Nous prenons 13 000 [candidats] sur 40 000. Monsieur Hollande veut d’abord mettre fin au un sur deux. Cela veut dire qu’il va [en recruter] 26 000. Et ensuite, il veut recruter 12 000 par an. Donc il veut en recruter 40 000 par an, c’est à dire 100 % des candidats ». Cela ne serait pas, pour Luc Chatel, significatif d’un « système éducatif de qualité ».

Le ministre de l’Education nationale a précisé qu’une telle mesure coûterait 18 milliards d’euros. Mais « à l’Education nationale, aujourd’hui, le problème ce n’est pas les moyens », a rappelé Luc Chatel. « S’il suffisait de recruter des profs pour avoir des résultats, ça se saurait. »