Malaise enseignant : la parole se libère

Depuis le suicide par immolation de l'enseignante de Béziers, les actes dénonçant le malaise des professionnels de l'Education nationale se multiplient.

Le suicide par immolation de Lise Bonnafous, enseignante de mathématiques à Béziers, a libéré la parole des enseignants, de plus en plus nombreux à dénoncer le malaise qui ronge la profession.

Environ 800 personnes ont entrepris hier à Montpellier une marche pour rendre hommage à la professeure décédée et dénoncer les conditions de travail difficiles de la plupart des enseignants, responsables de « dépres­sions qui concernent 40% des professeurs » et de « 39 sui­cides par an sur 100 000 personnes », selon les porte-paroles du cortège.

Les syndicats de la FSU avaient déjà appelé à un « débat » sur le malaise enseignant, après le suicide de Lise Bonnafous. Bernard Duffourg, secré­taire aca­dé­mique du Snes, a précisé qu’il avait demandé au ministre « d’accorder à la ren­trée une ou deux jour­nées pour mettre à plat dans chaque établis­se­ment les pro­blèmes et trou­ver des solu­tions », soulignant notamment la pénurie aggravée de médecins de prévention.

Source(s) :
  • avec AFP

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.