Le ministère de l’Education nationale Luc Chatel a affirmé hier qu’en « aucun cas, [il n’était] ques­tion de faire des évalua­tions » ou de « de clas­ser les élèves en classe de mater­nelle ». « Si on m’avait pro­posé de faire des évalua­tions, je m’y serais opposé » a ajouté le ministre.

Selon Luc Chatel, le projet du ministère s’inscrit dans « un travail de longue haleine de lutte contre l’échec sco­laire » et sera proposé aux enseignants pour « repé­rer les élèves en dif­fi­culté dès le plus jeune âge ». Le ministre de l’Education nationale a précisé que le document à l’origine de la polémique était un « docu­ment de tra­vail », et non « une déci­sion finale ». Ses propos ont été appuyés par Jean-Michel Blanquer qui a réfuté toute intention de « fichage » des élèves.