Dans un communiqué publié lundi, le Snuipp-FSU a dévoilé la nature des 5700 suppressions de postes prévues au budget 2012 dans le premier degré : 700 postes d’intervenants en langues, 2000 postes d’enseignants remplaçants et 3000 postes d’enseignants Rased.

Le syndicat a dénoncé l’hypocrisie de la politique du ministère consistant à supprimer des postes hors classes afin de « tenir l’engagement du président de la République » : « à quelques encablures des présidentielles, l’Elysée ne veut pas revivre les mobilisations de parents, d’élus et d’enseignants contre les suppressions de classes », a estimé le Snuipp-FSU.

Selon le syndicat, « la mise en œuvre de cette politique laisserait des élèves en difficultés sans aide spécialisée, des classes sans remplaçants et des effectifs encore plus chargés ».