La petite Louise a la tête dans les nuages. Elle ne se sent pas à sa place à l’école, ce petit monde aux règles trop strictes qui lui donne chaque jour mal au ventre. Suivre les cours, accompagner sa classe dans les « fausses vacances » que sont les classes vertes, supporter les moqueries de ses camarades et les reproches de ses « ensaignants », sont autant d’épreuves qui la font souffrir en silence.

Louise préfère s’évader en pensée, s’inventer ses propres jeux, dessiner. « Pour ses gribouillis, ça c’est sûr elle s’applique ! » observe sa première directrice. Mais personne n’admet sa différence, sa créativité indisciplinée. A chaque nouvel établissement, elle ne parvient pas à s’intégrer, passe d’école en école, de pensions en classes spéciales pour élèves en difficulté qui ne font qu’aggraver la situation.

L’école est-elle dangereuse ?

Louise Deschamps-Wallon raconte cette enfance de cancre dans Au fond de la classe, un récit poétique illustré de ses dessins et de ses photos, prises dans les écoles qu’elle a traversées enfant. Ses clichés, simples et efficaces, nous ramènent immédiatement sur les bancs de l’école, avec ses chaises de bois et de métal, ses blocs de savon jaunes accrochés au mur, et ses marelles à la craie dans la cour de récré.

Ses problèmes de scolarité n’ont pas empêché l’auteure de grandir, ni de s’accomplir en tant qu’artiste, actrice et metteur en scène, mais l’école lui laisse peu de bons souvenirs. Un débat organisé le 25 novembre prochain prend cette expérience douloureuse comme point de départ, posant la question : « L’école est-elle dangereuse ? »


Le livre : Au fond de la classe, de Louise Deschamps-Wallon (Naïve éditions). 29€

Débat : « L’école est-elle dangereuse ? » à l’auditorium de la Gaîté Lyrique, le 25 novembre à 20h.
En présence notamment de l’auteure Louise Deschamps-Wallon, de l’ancien ministre de l’Education Jack Lang, d’Henri Dahan, délégué national des écoles Steiner-Waldorf, et de Jean-Paul Capitani, directeur des éditions Actes-Sud. Adresse : 3 bis rue Papin
- 75003 Paris. Entrée libre.