Dans son premier livre, Mots d’excuse, les parents écrivent aux enseignants, Patrice Romain avait compilé le meilleur de sa correspondance avec les parents d’élèves.  Tout aussi drôle et tendre, ce Journal de bord nous plonge dans le quotidien d’un directeur d’école. Et ce n’est vraiment pas triste.

Le Journal de bord de Patrice Romain dévoile en effet les anecdotes les plus savoureuses de ses quinze années à la tête d’une école primaire. De la rentrée des enseignants au dernier jour de l’année scolaire, à chaque jour correspond une histoire touchante, drôle ou émouvante. Bons mots d’élèves, moments de joie ou de colère, Patrice Romain présente ses meilleurs souvenirs à la manière d’un journal intime. Chaque anecdote est garantie « véridique et vécue » et l’on est tenté de le croire : un romancier, même imaginatif, aurait eu du mal à inventer les accrochages entre enseignants lors de l’attribution des classes, réglés à coups de B.O, ou les propos de ce père d’élève encourageant son fils à écouter la maîtresse « même si c’est une femme! ».

Sous une bonne dose d’humour, Journal de Bord d’un directeur d’école reflète, à l’échelle d’une petite école, les difficultés auxquelles sont régulièrement confrontés les enseignants et les personnels de direction. Mais pas question d’amertume ou de ressentiment dans ce récit résolument optimiste, dont la lecture réveillera sûrement quelques souvenirs !

Extrait

Je tends à Thierry son rapport d’inspection, suite à la visite du chef le mois dernier. Tip-top. Hypra-laudatif. Excellentissime. Une note qu’aucun joueur du PSG n’a jamais obtenue dans l’Equipe. A encadrer et mettre bien en évidence sur le mur du salon, entre le certificat d’aptitude pédagogique et et le diplôme de Chevalier de l’ordre des palmes académiques. A montrer à la famille et aux amis. Qui sont, la plupart du temps, enseignants eux aussi puisque nous sommes une espèce qui se fréquente et qui se reproduit en cercle fermé, d’où parfois des problèmes de consanguinité. Même si l’on n’en est pas encore rendu au point de la famille royale d’Angleterre…

Beaucoup se seraient rengorgés. Napoléon Ier n’a-t-il pas dit que c’est avec des hochets qu’on mène les hommes ? Pourtant, le professeur des écoles, pas blasé mais lucide, ne déborde pas d’enthousiasme:

– Tu sais, je prends ça avec philosophie; il y a cinq ans, j’étais soi-disant juste bon à démissionner. La seule chose qui a changé depuis, ce n’est pas ma manière d’enseigner, mais l’inspecteur !

Journal de bord d’un directeur d’écolePatrice Romain. François Bourin éditeur, août 2011.