Après avoir estimé hier que 20,5% des enseignants de primaire participeraient à la grève, le ministère de l’Education nationale a revu ses prévisions à la hausse. Selon les nouveaux chiffres communiqués ce matin, 28,89% des professeurs de primaire sont grévistes. Dans le secondaire, la grève est suivie par 25,57% des enseignants de collège, 23,29% des enseignants de lycées professionnels et 17,80% des enseignants de lycées généraux et technologiques.

Pour le Snuipp-FSU, qui avait estimé le taux de participation à la grève à 54% dans le primaire, le chiffre du ministère est « sorti du cha­peau [et] ne s’appuie sur aucun tra­vail sérieux (…) Cela res­semble plus à de l’intox pour essayer de mino­rer ce mou­ve­ment qui sera suivi. […] Cela montre sans doute que le minis­tère n’est pas si serein que ça face à une mobi­li­sa­tion entière et uni­taire de la com­mu­nauté éduca­tive ». Luc Chatel s’était en effet voulu rassurant dans une interview accordée au Parisien hierjugeant que le mouvement de grève du 27 septembre était « légitime » et « pas révo­lu­tion­naire« .

Pour Jack Lang, interviewé sur France Inter ce matin, cette grève inédite rassemblant les enseignants du public et du privé est « un événement sans précédent« . Dénonçant la « sauvagerie » du gouvernement « à l’égard de l’Ecole de la République » l’ancien ministre de l’Education nationale a déploré que « des médecins de Molière, dont la thérapie est la purge » soient au pouvoir . Les enseignants ont « deux fois, trois fois, dix fois raison de dire aujourd’hui leur colère, leur indignation« , a-t-il estimé.

Des centaines de manifestations sont prévues aujourd’hui dans toute la France. A Paris, un cortège partira à 14h30 du Jardin du Luxembourg.