Parution : « Professeur, comment faire ? » Les conseils de l’auteur

A l’occasion de la sortie de son livre "Professeur comment faire ?" (Les Editions de l’Atelier/en collaboration avec les Editions ADAPT, 25 août 2011 ), Françoise Le Duigou, professeur agrégée de lettres modernes, ayant enseigné 20 ans en ZEP, donne en exclusivité quelques conseils issus de son expérience, extraits de son ouvrage.

Sous-titré « Conseils pour mieux vivre son métier », préfacé par Denis Paget, président d’Adapt-Snes Editions, et ayant bénéficié des relectures et suggestions de Jean-Michel Savolle, professeur agrégé de lettres modernes et formateur IUFM, cet ouvrage pratique est clair, rassurant et proche du terrain. Même s’il concerne davantage le collège, il s’adresse à tous les enseignants – débutants ou non.

Françoise Le Duigou nous livre ici quelques conseils très utiles.

-La voix : comment trouver le ton juste ?

Tout d’abord, cela ne sert à rien d’élever la voix, cela crée du « stress » chez les élèves. Il est bon de ne pas parler trop vite, il faut s’exprimer distinctement bien sûr, mais de façon naturelle, en s’assurant d’être entendu de tous, en s’adressant à tous et surtout sans noyer ses élèves sous un flot de paroles.

-Le « look » : comment s’habiller pour faire cours ?

Il faut garder son look habituel, se sentir bien, que ce soit naturel là aussi. Il faut bien sûr éviter ce qui pourrait être considéré comme un manque de respect, une tenue négligée ou provocante. Eviter aussi une tenue trop « guindée » qui serait perçue comme un barrage à la communication.

-Comment faire son entrée en classe ?

Ce sont le plus souvent les élèves qui rentrent les premiers. On les salue, on leur sourit. Et on prend progressivement son rôle de professeur en sortant ses affaires, en prenant soin de regarder ses élèves s’installer eux aussi dans leur rôle. Et on s’efforce d’englober toute la classe du regard.

-Un cours se doit-il d’être un tout ?

Absolument. On ne peut commencer un cours par « ce qu’on n’a pas eu le temps de finir la dernière fois », suivi de « ce qu’on n’aura pas le temps de terminer »… L’élève ne peut alors plus du tout s’y retrouver. Pour que le cours rentre dans une heure, il vaut mieux supprimer un ou deux exercices prévus, tous ne s’avèrent peut-être pas utiles.

– A quel rythme proposer devoirs et contrôles ?

Devoirs comme contrôles doivent être réguliers : les devoirs sont donnés pour un jour fixe et en quantité toujours à peu près égale ; c’est le plus souvent le gage qu’ils seront faits. Quant aux contrôles, on les donne en fonction de l’avancée des acquis des élèves, si possible à jour fixe. Il faut bannir les contrôles « surprise » qui fabriquent avant tout de la rancœur et qui n’évaluent guère les connaissances et compétences acquises.

-Pour vous, qu’est-ce qui caractérise le « bon enseignant »?

Celui qui parvient à éveiller curiosité et intérêt chez ses élèves dans un climat de confiance réciproque. C’est alors que les élèves progressent. Et c’est je crois le but de tout enseignant.

-Votre message à tous ceux qui exercent en cette rentrée « le plus beau métier du monde » ?

« Ca va chemar ! » (marcher) dirait Grand Corps Malade.

Plus sérieusement, ne soyez pas inquiets, les élèves sont beaucoup plus indulgents qu’on ne le pense. Et puis dans l’année, tous les cours ne se ressembleront pas : il y aura des cours qui marcheront et dont vous serez fiers et vos élèves aussi. Et puis d’autres cours qui ne passeront pas. Il vous faudra alors vous interroger, chercher… C’est ce qui fera la richesse de votre métier.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.