Éducation : Remous autour des promesses de François Hollande

La proposition du candidat à la primaire socialiste, créer 12.000 postes d'enseignants par an pendant son quinquennat, continue de faire réagir politiques et syndicats.

Les réactions se sont multipliées après la promesse de François Hollande de rétablir pendant son quinquennat, s’il est élu, tous les postes d’enseignants supprimés depuis 2007. Très vite, Luc Chatel avait dénoncé des propos « irréalistes » et « irresponsables ». Simultanément, Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement, avait estimé que « la primaire socialiste » tournait « chaque jour un peu plus à la course à la dépense ».

A quelques jours du premier débat télévisé des candidats à la primaire socialiste, plusieurs ténors du PS ont exprimé, tout le week-end et hier, lundi, des opinions diverses. Si Jack Lang a soutenu l’ancien secrétaire national, Laurent Fabius s’est montré plus critique sur RTL. Pour l’ancien Premier ministre, « il faut mettre fin au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui part en retraite. Mais l’idée de François Hollande [..] n’est pas une priorité, et les enseignants le comprendront ». Manuel Valls, également candidat à la primaire, a rejeté la « dépense publique » que propose son rival, mais plaidé sur Canal + pour « une véritable réforme de l’Éducation nationale qui aujourd’hui malheureusement crée davantage d’inégalités ».

Martine Aubry, de son côté, avait ironisé dès samedi sur le changement de cap de son prédécesseur à la tête du parti ; Jean-Luc Mélenchon semble sur la même ligne. Pour le candidat du Front de gauche à la présidentielle, François Hollande se contredit : « Il avait dit qu’il fallait geler les postes dans l’éducation au niveau où il les trouverait en 2012 […] et (là) il dit qu’il faudra créer des postes »

Enfin, côté syndicats, la FSU, première fédération de l’Éducation, a profité de l’occasion pour réclamer un plan pluriannuel de recrutements. Thierry Cadart, au nom du SGEN-CFDT, résume assez bien l’avis général : « On espère tous que l’on sorte de ce carcan budgétaire qui ne permet rien, mais personne ne dit qu’il faut remettre les postes exactement là où ils étaient il y a cinq ans ».

Source(s) :
  • AFP, le Télégramme, ActuaLitté.com, le Figaro, l'Express.fr, Canal +, RTL

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.