A l’occasion aujourd’hui de la 47ème Journée internationale de l’alphabétisation, Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a exhorté « les gouvernements (…) à faire de l’alphabétisation une priorité politique, pour que chaque individu puisse développer son potentiel et participer activement à l’élaboration de sociétés plus durables, plus justes et plus pacifiques ».

Il y a aujourd’hui 793 millions d’adultes analphabètes (qui ne savent ni lire, ni écrire) dans le monde, dont près de deux tiers de femmes, selon l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. Onze pays comptent plus de 50% d’adultes anal­pha­bètes : le Bénin, le Burkina Faso, l’Ethio­pie, la Gambie, la Guinée, Haïti, le Mali, le Niger, le Sénégal, la Sierra Leone et le Tchad.

Le meilleur moyen de lutter contre l’analphabétisme reste le renforcement du droit à l’éducation. D’après les données de l’Institut de statistique de l’Unesco, 67,4 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’école primaire dans le monde, et 72 millions d’adolescents n’ont pas accès au premier cycle d’éducation secondaire, en majorité des filles.

Des représentants d’organismes internationaux, des membres de la société civile et du secteur privé, ainsi que des spécialistes de l’éducation des adultes se retrouveront du 8 au 10 septembre à New Delhi, en Inde, pour présenter des projets d’alphabétisation qui ont fait leurs preuves et partager leurs expériences.

La décennie 2003-2013 a été décrétée Décennie pour l’alphabétisation par les Nations Unies.