Anne Roumanoff : « J’adorais contredire les profs ! »

VousNousIls.fr poursuit sa série "Souvenirs d’école" avec la comédienne Anne Roumanoff. En tournée en France avec son spectacle "Anne naturellement", elle a accepté de prendre une "récréation" en replongeant le nez dans son cartable. Et ce n’est pas triste !

Une adorable tête à claques. Avant de devenir l’humoriste préférée des Français, Anne Roumanoff n’a pas fait rire tous ses professeurs… Née dans le 17e arrondissement de Paris, de parents d’origine russe spécialisés dans l’importation de vêtements indiens, l’écolière se rend à l’école Ampère à pied, puis au lycée Carnot où elle effectue ensuite sa scolarité. Insolente et bavarde « mais finalement assez disciplinée », elle cultive très tôt un penchant pour la provocation : « Je n’étais pas un boute-en-train mais j’aimais bien faire rire les autres élèves. A partir de 14 ans, je suis devenue un peu insolente. J’adorais contredire les profs, les provoquer verbalement, leur poser des questions pour les pousser dans leurs retranchements. »

Ce culot, qui a exaspéré plus d’un enseignant, n’empêche pas Anne Roumanoff d’obtenir de bons résultats : « j’étais assez compétitive, j’aimais bien les défis. J’étais une bonne élève mais jamais la première. » Le bac en poche, celle qui envisage brièvement de devenir journaliste, « au cas où ça n’aurait pas marché », intègre l’Institut d’études politiques de Paris, en suivant en parallèle des cours de théâtre entamés dès 12 ans au Cours Simon. « J’ai eu une révélation en écoutant Sylvie Joly à la radio. Mes études à Sciences Po, c’était pour me rassurer car j’étais consciente des aléas du métier et mon père m’avait demandé de prévoir un plan B. »

« On recopiait Universalis »

Bavarde en classe, Anne Roumanoff n’en demeure pas moins une littéraire, curieuse et studieuse. « J’adorais lire. A 15 ans, j’avais dévoré tous les grands classiques. J’aimais le français, l’histoire géo… Je me souviens qu’en quatrième, j’avais fait un exposé sur Léonard de Vinci que j’avais travaillé jusqu’à 4h du matin. Ça m’avait passionnée. A l’époque, on ne trouvait pas les infos sur Wikipédia, on recopiait l’encyclopédie Universalis. » En revanche, elle avoue volontiers quelques lacunes dans les matières scientifiques…

L’humoriste se souvient aussi de quelques moments difficiles, rythmés de quolibets potaches : « On m’appelait parfois “Roumanoff popoff” et aussi “Roumanoff patate” parce que j’étais un peu enrobée. » Angoissée à la veille de chaque rentrée scolaire, elle se remémore quelques déconvenues, comme la fois où le réveil avait été réglé trop tôt : « Quand nous nous sommes pointées à l’école avec ma petite sœur, nous avions une heure d’avance et il n’y avait encore personne… » Autre souvenir amer : celui de Mademoiselle Corbeille, institutrice de CE2. « Elle donnait des poésies à apprendre et je m’y mettais toujours au dernier moment. Je me souviens d’un soir où je me suis retrouvée avec huit poésies à apprendre d’un coup. J’y ai passé la soirée et, évidemment, elle m’a interrogée sur celle que je ne connaissais pas ! »

« Ce n’est pas aux enseignants de s’adapter aux élèves »

Mais Anne Roumanoff conserve surtout des bons souvenirs. « En CM1 et CM2, l’instituteur s’appelait monsieur Boulègue. Il était sévère, j’avais peur de lui mais il avait aussi beaucoup d’humour. »

Habituée à jouer les « idiotes » sur scène, l’artiste met de côté un temps la provoc’ pour saluer un métier qui lui est cher : celui d’enseignant. « Je ne pense pas que ce soit aux enseignants de s’adapter aux élèves, c’est à eux d’aller vers les profs. J’ai beaucoup de respect pour les enseignants. Ils font un métier difficile et sont en première ligne. Je trouve d’ailleurs que les parents d’élèves ne sont pas très tendres avec eux, ils ne leur passent rien. »

Une critique qui ne l’empêche pas de gentiment se moquer de l’école, comme dans l’un de ses premiers sketchs « Les grenouilles et le préservatif » : « Je me suis inspirée d’une prof de sciences naturelles du lycée Carnot. Elle nous avait fait apprendre la reproduction des batraciens en disséquant des grenouilles. » Dire qu’à 15 ans, son père lui avait demandé : « Tu te donnes combien de temps pour échouer ? » Ce à quoi Anne Roumanoff avait répondu du tac au tac : « 25 ans ! » Un objectif atteint haut la main.

Charles Centofanti

Une rentrée chargée pour Anne Roumanoff

En tournée en France avec son spectacle « Anne naturellement », Anne Roumanoff prépare la sortie d’un DVD « Les Petites Résolutions », courant octobre, ainsi qu’une série de CD pour enfants en novembre. La comédienne travaille en parallèle à l’écriture d’une série pour la chaîne Comédie. Le tournage démarrera au mois d’octobre. Anne Roumanoff prépare aussi un nouveau spectacle, au théâtre du Palais Royal, à partir d’août 2012. L’artiste est présente sur Europe 1, tous les samedis de 11h à 12h30, et la semaine à 9h05 dans l’émission « Europe 1 matin » avec Bruce Toussaint.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.