Rentrée 2011 : le SE-Unsa se prépare à « une année combative »

La traditionnelle conférence de rentrée du SE-Unsa s’est tenue ce mardi 30 août. A cette occasion, le syndicat a dressé le bilan des politiques éducatives menées ces cinq dernières années, et est revenu sur les grands enjeux de la rentrée 2011. Vousnousils.fr y a assisté.

A la veille de la dernière rentrée du quinquennat, Christian Chevalier, secrétaire général du SE-Unsa a déploré la mise à mal du modèle de l’école républicaine et la dégradation continue des conditions d’exercice des enseignants depuis cinq ans. Le secrétaire général a présenté les actions engagées par le syndicat pour améliorer la situation et rétablir une Ecole de la République « dès 2012 ».

Modèle républicain contre modèle libéral

Christian Chevalier a dénoncé un glissement du modèle de l’école républicaine vers un modèle « libéral » : la suppression de la carte scolaire, l’autonomie des établissements, l’évaluation des enseignants avec la possibilité d’une prime au mérite, la volonté de rendre publiques les évaluations nationales… sont autant d’orientations qui marquent la transition vers un modèle issu du monde de l’entreprise dans lequel l’éducation serait considérée comme un bien marchand.

Pour le syndicat, deux modèles s’affronteront donc lors des élections : une école de la République garantissant le droit à l’éducation pour tous, et un modèle à l’anglo-saxonne, apparenté à un système de « tri sélectif » dans lequel seuls les plus riches pourront accéder au meilleur de l’éducation.

Pour une évolution « dans le bon sens » de l’école républicaine, Christian Chevalier a présenté 12 leviers à actionner pour que les choses changent « dès 2012 ». Parmi eux, la concrétisation du socle commun ou la création d’un plan budgétaire d’urgence « à la hauteur des enjeux éducatifs et sociétaux ».

Rentrée 2011 : un système éducatif « asphyxié » par les restrictions budgétaires

Le non-remplacement d’un enseignant à la retraite, à l’origine de la suppression d’environ 15 000 postes par an depuis 4 ans, a posé les jalons d’une rentrée 2011 qui s’annonce des plus éprouvantes pour les personnels éducatifs, a dénoncé Christian Chevalier.

La « pénurie de moyens », caractérisée par la suppression de 8967 postes dans les écoles et de 4800 dans les établissements du second degré en 2011, se fera encore plus ressentir puisque les concours de recrutement n’ont pas fait le plein cette année.

Autre inquiétude du syndicat, l’impact des restrictions budgétaires sur la réforme du lycée général et technologique : pourra-t-elle se poursuivre dans de bonnes conditions malgré la baisse des moyens ?

Les combats du SE-Unsa en 2011

Le syndicat a d’ores et déjà programmé un certain nombre d’actions en 2011 : une campagne pour défendre le pouvoir d’achat des enseignants a été entamée avec l’édition de faux bons de réduction sur des frais engagés à titre professionnel, à renvoyer au « Président du pouvoir d’achat ».

Un appel pour la scolarisation obligatoire dès 3 ans a également été lancé.

Enfin, le syndicat a démarré une campagne de mobilisation en faveur des directeurs d’établissement mis en difficulté par la suppression des aides administratives. Christian Chevalier a appelé à un blocage administratif car « le travail pédagogique doit être prioritaire ».

Le syndicat a également rappelé qu’il prendrait part au mouvement de grève du 27 septembre contre les suppressions de postes.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.