François Bayrou, ancien ministre de l’Education (1993-1997), voit la révision du système éducatif comme une « urgence » pour empêcher l' »effondrement » de la France. Dans son livre 2012. Etat d’urgence, le président du MoDem déplore que les enseignants soient « traités de fainéants, d’absentéistes, d’incompétents ». Il voudrait une « étude systématique du travail accompli par les enseignants qui obtiennent les meilleurs résultats », pour partager avec les autres « leur démarche pédagogique ». Il perçoit par ailleurs la réforme de la masterisation comme « un leurre », visant non pas « à améliorer le niveau des candidats au concours, mais à supprimer le concours ».

Au niveau des programmes, François Bayrou envisage un retour aux fondamentaux. Pour lui, « tous les moyens intellectuels de l’école doivent être dirigés vers ce but simplissime : garantir la lecture, l’écriture et le calcul mental à 100 % des élèves au moment de l’entrée en sixième ». Il souhaiterait également que les programmes officiels soient « arrêtés après un débat au Parlement », pour obliger « les rédacteurs à ne rien écrire de jargonneux ».