La FCPE et l’UNL ont déposé jeudi une requête devant le Conseil d’Etat, à l’encontre du décret sur les nouvelles sanctions disciplinaires à l’école publié le 24 juin. Ce décret prévoit notamment « l’engagement d’une action disciplinaire automatique dans certains cas de violences verbales ».

La FCPE et l’UNL dénoncent dans un communiqué commun de « dangereuses dispositions qui portent atteintes aux droits des collégiens et lycéens ». Elles reprochent le flou de la notion de « violence verbale » utilisée et l’absence de représentants d’élèves à la commission éducative instaurée par le décret.