Pour minimiser la triche aux prochaines sessions du baccalauréat, le ministre de l’Education nationale Luc Chatel veut mettre en place dès 2012 de nouvelles mesures de sécurisation de l’examen. Il détaille dans une interview accordée au JDD ce samedi les principaux moyens déployés dans le cadre de son plan anti-fraudes.

Reconnaissant que « la sécurisation du baccalauréat est aujourd’hui […] insuffisante », le ministre compte « remédier aux failles » en améliorant la sûreté des locaux sensibles grâce à « une doctrine de sécurité ». Il souhaite également limiter la triche sur Internet grâce à un système de veille qui « détecte les fraudes et les rumeurs ». Enfin, il annonce « une tolérance zéro pour les tricheurs » avec un durcissement des sanctions encourues en cas de fraude avérée.