Quatorze parlementaires -douze députés et deux sénateurs UMP- ont adressé à Luc Chatel des questions écrites au sujet des nouveaux programmes de sciences en première L et ES (parus au JO du 28 août 2010). Ces programmes, dans le chapitre « devenir homme ou femme », abordent l’identité sexuelle comme une orientation « qui relève de l’intimité des personnes. » Les parlementaires demandent au ministre la révision de ces programmes avalisant la théorie américaine du genre avant la rentrée.

Faisant écho aux propos de Claude Berruer (secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique) début juin, Philippe Gosselin (député de la Manche) estime par exemple que « cette théorie, née aux États-Unis » remet « en question la définition biologique de l’identité sexuelle, pose de nombreuses questions concernant la condition humaine, la procréation et l’organisation de la société. De telles réflexions méritent un débat entre experts (…) et non un enseignement en classe de première. »