Dans un communiqué daté du 21 juillet, la CGT Educ’action reproche à Luc Chatel de « se gargariser » devant la hausse du nombre d’inscrits aux concours de recrutement 2012. Ce nombre serait en réalité « bien en deçà des années précédentes », selon le syndicat, et « loin de compenser les chutes brutales de 2008 […] et 2011 ».

La CGT Educ’action réclame un réaménagement de la masterisation des concours, responsable selon elle de « la casse de la formation des enseignants ». Elle défend l’idée d' »un concours niveau licence, avec une formation de deux ans payée et débouchant sur un master. »