Alors que près de 1000 postes ne seront pas pourvus aux concours enseignants cette année, le Conseil national des groupes académiques de l’Éducation nationale réclame « une révision des modalités de formation et d’entrée dans le métier ». Selon le CNGA-CGC, les « conditions de formation et de travail  » et l' »évolution des carrières et [des] rémunérations » « n’attirent plus vers le métier d’enseignant ».

Le syndicat réclame « l’ouverture de négociations salariales » et revendique « de réels plans de carrière avec des possibilités de seconde carrière » pour pallier le déficit de popularité du métier d’enseignant et la pénurie de candidats aux concours de recrutement.