Valérie Marty, présidente de la fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (Peep) affirme dans le Figaro du 15 juillet que les cahiers de vacances sont « surtout un moyen de faire dépenser une petite fortune » aux parents. « La crainte des parents que leurs enfants oublient ce qu’ils ont appris est compréhensible mais il y a d’autres manières de réviser », affirme-t-elle. Elle suggère d’utiliser des jeux de société tels que Scrabble ou Monopoly qui, « en plus d’être conviviaux, habituent l’enfant à compter et à lire tout en s’amusant ».

Education magazine n°12 de juillet-août consacre un dossier de 7 pages aux cahiers de vacances, et rappelle que si « la plupart tiennent la route », ils sont envahis par « les héros préférés de nos gamins » et le marketing l’emporte souvent sur le pédagogique.