Le Sgen-CFDT a réagi vivement à la vingtième et dernière proposition du rapport Grosperrin.

Le syndicat salue la majeure partie du rapport et encourage même le gouvernement à « mettre en œuvre une réforme immédiate de la formation et du recrutement des maîtres s’inspirant des 19 premières propositions de ce rapport ».

Mais le Sgen-CFDT dénonce « sa 20e et dernière proposition, sans aucune cohérence avec les précédentes » qui « préconise la suppression pure et simple des concours de recrutement ».

Pour le syndicat, cette mesure « pourrait avoir de graves conséquences en termes de délitement du lien entre l’Etat et le fonctionnaire » et  « de disparition de l’indépendance des personnels par rapport à l’autorité académique ».