Dans une interview accordée à Acteurspublics.com, Gilles Baillat se prononce contre la suppression des concours enseignants et le recrutement sur entretien professionnel, préconisés par Jacques Grosperrin dans son rapport. Selon le président de la Conférence des directeurs d’IUFM, ces propositions aboutiraient à un « éclatement des critères de sélection » pouvant gêner, à terme, la mobilité des enseignants.

Il reconnaît cependant la nécessité d’aménager les épreuves à l’heure de la masterisation, préconisant une meilleure reconnaissance de la dimension professionnelle dans le concours via la mise en place d’un stage obligatoire sur le terrain.