D’après le Snes-FSU, deux versions différentes du sujet du brevet de français auraient été distribuées dans les centres d’examen. Les candidats n’auraient donc pas tous planché sur le même sujet, la différence se situant au niveau de l’exercice de rédaction. Le Snes dénonce de plus une ambiguïté dans les consignes du deuxième sujet de rédaction pouvant induire les élèves en erreur.

Le ministère a donc appelé les correcteurs du brevet des collèges « à l’indulgence », en leur demandant « de ne pas pénaliser » les élèves ayant mal interprété les consignes de l’exercice.