Les candidats au BTS Négociation et relation client devaient repasser l’épreuve de gestion ce dimanche 26 juin à la suite de soupçons de fraudes à l’examen en mai dernier. Or, selon le rectorat, « seuls 1.200 des candidats – sur les 2.500 convoqués – auraient passé l’épreuve de rattrapage de l’examen de gestion en question ». Des étudiants mécontents de repasser l’épreuve avaient, en effet, décidé de la boycotter et d’empêcher les autres d’entrer dans la salle du centre des examens d’Arcueil. Les candidats absents risquaient donc de se voir gratifier d’un zéro pointé dans une épreuve d’un coefficient 4, déterminante pour l’obtention du diplôme. Le rectorat de Paris, avait, quant à lui, affirmé de son côté que « l’épreuve s’était déroulée normalement et ne pouvait être annulée, et que les élèves qui avaient choisi de plancher avaient pu le faire normalement ».

Face à la colère de centaines de parents et d’étudiants victimes de ce blocage, la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a décidé de réagir : « Pour éviter qu’il y ait des victimes au BTS, aujourd’hui je demande à tous les jeunes qui auraient été empêchés de composer par des bloqueurs de se signaler auprès du médiateur de l’Education nationale, sur mediateur@education.gouv.fr ». La médiatrice fera, quant à elle, dans les jours qui viennent une « évaluation de la situation » à la ministre afin de trouver une solution. « S’il y a eu des étudiants empêchés, nous trouverons les mesures pour faire en sorte qu’ils aient la possibilité de passer leur diplôme », a ainsi déclaré Valérie Pécresse.