Le gou­ver­ne­ment envi­sage d’interdire les smart­phones dans les salles d’examen pour éviter la triche, a indi­qué dimanche sur Radio J la ministre de l’Enseignement supé­rieur et de la Recherche, Valérie Pécresse. La triche au téléphone portable est en augmentation : « 32 cas de plus au bac­ca­lau­réat géné­ral et tech­no­lo­gique en 2009 par rap­port à 2008 », selon Jean-Michel Blanquer, direc­teur géné­ral de l’enseignement scolaire. C’est pourquoi Valérie Pécresse réfléchit, avec le ministre de l’Education natio­nale Luc Chatel, « à des mesures concrètes, peut-être l’interdiction des smart­phones dans les salles d’examen ». « Nous aurons des réponses à ces ques­tions en septembre-octobre quand nos ins­pec­tions auront rendu leur rap­port », a poursuivi la ministre, ajou­tant qu’elle savait « que Luc Chatel a engagé une réflexion à la suite des fraudes qui viennent d’être constatées ».

L’usage de ces télé­phones pour tri­cher a notam­ment été invoqué pour annu­ler une épreuve du BTS en Ile-de-France, dont la repro­gram­ma­tion a sus­cité dimanche le mécon­ten­te­ment de cen­taines d’étudiants devant le centre des exa­mens d’Arcueil (Val-de-Marne).