Alors qu’un risque de fuite sur Internet menace l’épreuve de mathématiques du bac S, Robert Cabane, IGEN du groupe des mathématiques, rappelle dans un entretien à l’AEF que les modalités de passage des examens nationaux sont trop vulnérables aux techniques de triche modernes. La triche au téléphone portable en particulier serait « en augmentation », révélée par des « copies comprenant à la fois des bonnes réponses et des incohérences notables ». Mais il « est cependant très difficile d’avoir des preuves tangibles ». Et le recours à des « brouilleurs d’ondes », pour empêcher les communications téléphoniques, poserait un trop grand problème de coût et d’organisation.

Robert Cabane souhaiterait plutôt profiter de l’actuelle réforme du lycée pour faire évoluer les modalités d’évaluation. Il affirme que l’épreuve écrite de type « vidage du sac » est dépassée. L’IGEN voudrait voir émerger « une forme d’évaluation qui (…) prenne davantage en compte des compétences de natures diverses, telles que la capacité à communiquer à l’oral, l’esprit critique ou encore la maîtrise de certains outils logiciels désormais incontournables en mathématiques. »