La Tribune indiquait dans une brève la semaine dernière que les contrôles de la Sécu au domicile des malades sont compliqués lorsqu’il s’agit de fonctionnaires : « curieusement, les adresses des malades fournies aux contrôleurs de la Sécu sont très souvent incomplètes, rendant le contrôle impossible ».

La faute à qui ? Les administrations, les syndicats ? Ou un peu des deux, les premières étant peut-être influencées par les seconds ? Le quotidien pose en tous cas la question.

Depuis 2010 en effet, les fonctionnaires sont soumis aux contrôles de l’Assurance maladie –à titre expérimental pour l’instant à Paris et dans sept autres villes jusqu’en 2012. Auparavant, ils étaient contrôlés uniquement par l’Etat, par le biais de médecins agréés. Un décret publié en septembre 2010 instaure ce nouveau système. Il a été très critiqué par les syndicats : « En disant qu’il faut accentuer les contrôles, le gouvernement sous-entend qu’il y a beaucoup de fraudes chez les fonctionnaires et ce n’est pas acceptable » s’indignait ainsi Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU (Source Le Parisien, cité par TF1 News, 20 septembre 2010).